Actualités

MyTree - 27/09/2018

Le “prix Nobel alternatif” décerné à “l’homme qui a arrêté le désert” en Afrique occidentale

Le 24 septembre dernier, Yacouba Sawadogo, cultivateur burkinabé de 80 ans, a reçu le Right Livelihood Award 2018, devenant ainsi la fierté de tout un pays. La raison ? Il est parvenu à créer 40 hectares de forêt sur des terres considérées comme désertiques grâce à une technique ancestrale et 100% naturelle.

 

Le zaï : technique ancestrale et naturelle venue d’Afrique de l’ouest

C’est simple, mais encore fallait-il y penser. Le zaï, ou cordon pierreux, est une technique africaine ancestrale qui consiste à créer un système de digues rocailleuses et à creuser des trous remplis de fumier pendant la saison sèche. La matière organique attire alors les termites qui creusent des galeries jusqu’à la surface, empêchant ainsi l’eau de pluie de ruisseler. “Il suffisait d’y penser”, comme dirait l’autre.

Une technique déconcertante de simplicité, mais malheureusement oubliée par les jeunes générations de cultivateurs dans les régions d’Afrique de l’ouest et du Sahel. A tel point que lorsque Yacouba Sawadogo  s’est lancé dans son projet, il y a près de 40 ans, les gens riaient de lui et le traitaient de fou. Aujourd’hui, on ne peut que constater l’efficacité du procédé puisqu’il c’est grâce au zaï qu’il a pu planter graines, plants et jeunes pousses pour faire naître sa forêt dans le désert.

 

Une forêt de 40 hectares avec 60 espèces différentes 

Comme le dit le communiqué de la fondation Right Livelihood, Yacouba Sawadogo “a réussi à établir une forêt d’environ 40 hectares sur des terres infertiles et abandonnées. Cette forêt abrite maintenant plus de 60 espèces différentes d’arbres et d’arbustes.” Une prouesse technique qui fait la fierté de ses compatriotes. Ces derniers ont en effet surnommé le vieux paysan “l’homme qui a arrêté le désert”.

 

Un exemple inspirant pour les nouvelles générations de paysans africains

A l’image du projet MyTree en Ethiopie avec l’ONG Green Ethiopia, le travail de Yacouba Sawadogo - et sa reconnaissance par ce “prix Nobel alternatif” - représente un exemple inspirant pour les paysans de la région. Le cultivateur octogénaire s’est lancé dans la formation des agriculteurs et leur permet de donner une seconde vie à leurs terres en faisant pousser arbres et arbustes. Son exemple et sa technique sont repris un peu partout, du Burkina Faso au Niger en passant par le Mali et la Côte d’Ivoire. En 2016, on estime que la technique du zaï a permis de booster à nouveau la productivité de plusieurs dizaines de milliers d’hectares rien qu’au Burkina Faso. Et cela, rien que par la force des arbres et des plantes !

Vous aussi, vous souhaitez lutter contre l’avancée du désert avec MyTree ?  N’hésitez plus : je plante mon arbre